Léon

avoir pris de la vie ce qu’elle refusait de vous donner

avoir eu 6 enfants, en avoir perdu une trop tôt, douze petits-enfants aux figures hétéroclites, plus ou moins casés

avoir excellé dans la chamaillerie comme manière d’aimer

avoir gueulé plus souvent qu’à son tour, ridiculisant le dialogue en monologues péremptoires juxtaposés, le mégot de roulée au coin des lèvres, la blague à tabac dans la salopette.

avoir offert tant de cafés, d’apéros, de queues de cochon salées…

avoir travaillé pour que d’autres soient plus riches

n’avoir connu le luxe d’une maison de ville qu’avec la retraite, pour avoir suffisamment chauffé au feu de bois, puisé au puits, la force des bras rendant l’eau courante.

avoir donné du “Monsieur” au Fils du château d’à côté. Avoir même été fier de le saluer, en ville, quelques années plus tard…

avoir vu les gamins, puis leurs enfants tombant dans la mare, flattant les bêtes, les trayant à la main… dans une ferme de rien du tout, une ferme qui ne vaudrait plus rien.

avoir dégommé des faisans, égorgé des cochons, élevé des laitières, appelé son chien Skippy, et avoir enterré une certaine idée du monde paysan en fermant une dernière fois le portail de la ferme

avoir bouffé de la vie, des enfants digérant chacun à sa manière ce don…

avoir cru en Dieu… ou pas du tout d’ailleurs, sauf pour le Vouvoyer dans une relation qu’il n’y avait pas à avoir.

ne rien avoir en commun avec les curés, que des souvenirs de rues sablées quand un monseigneur avait visité des chemins d’enfance – ou alors juste un petit-fils

avoir vécu, avoir été ne vous dispense pas de mourir, ni mieux, ni moins bien qu’un autre.
ses garçons à ses côtés, sa femme aussi.

avoir vécu, avoir été n’empêche pas ceux qui restent de vivre de la vie donnée, de la liberté acquise, jusqu’à prendre des chemins qui ne sont pas les mêmes, n’empêche pas ceux qui restent de croire et espérer que Dieu n’abandonne pas ceux qui ont vécu ainsi, et prier pour le croire.

C’est Dieu qui connaît le mystère des cœurs et des reins.
et la vérité de ceux qui ont vécu.
et qui accompagne ceux qui sont partis… et ceux et celle qui restent.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :