mesurer le prix d’anodines respirations

en quelques heures dans la vie d’un prêtre…

00h15, fin de discussion avec un ami prêtre, son avenir, celui de ses missions, celui de nos amis
00h20, mails sur le téléphone. je peux rappeler tard, parce qu’il est question de vie
07h52, je rate une libre chronique de Morel, entre vie données, et soupçons malsains. Doux échos…
10h13, mail pour programmer en octobre un baptême, comme étape de foi
13h45, joie d’un papa de trois semaines, poids de groupes chahutés jusque 17h
16h55, j’apprends qu’un élève de 9 ans vient de perdre souffle dans six ans combat contre la leucémie.
17h30, on réfléchit comment accompagner les camarades de sa classe pour vivre cette nouvelle
18h20, un papa, une maman, une pipette d’eau stérile mais baptismale, je baptise, dans un service de néonatalogie, un enfant de 6 jours dont le cœur n’est pas assez solide. Les médecins feront tout,
20h50, chat Facebook avec un religieux prêtre, en inspirations mutuelles…
22h45, une bière dans un bar trop bruyant en orée de leur fin d’année avec deux jeunes précieux, ou inquiets
03h11, un enfant, si proche, précipite ses premières respirations. Tout va bien

Ils sont plus ou moins petits, ou minuscules et commencent, peinent à respirer, ou cessent à tout jamais. Ces quelques décilitres d’air que j’aspire goulument en courant d’un gros rendez-vous à l’autre ce week-end prennent une saveur existentielle quand ils sont si précieux pour de petites vies en mouvement. Voir naître et mourir, grandir ou dépérir, s’essouffler ou s’ouvrir à la vie éternelle relativise mes courses, et me gardent de confondre « léger » et frivole.

goûter chaque centilitre respiré, parce qu’il est précieux, et ouvre à plus grand que moi…

Publicités

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :