Ctrl H

Le monde se divise en deux catégories:

Ceux qui pensent que les séries télé, c’est “plus belle la vie”, “Derrick”, ou “Walker Texas Ranger”, qui les dédaignent de la télécommande pour aller vaquer, dimanche après midi, en bord de mer ensoleillé, et ceux qui ont découvert comment certaines séries, hautement addictives, déploient en scénarios léchés, rythmes fignolés, imaginaires féconds, tout un portrait de l’humanité, rarement sous ses meilleurs jours, mais avec un brio digne de pas mal de films de ciné.

C’est pour se rassurer qu’on dit ça, parce qu’en fait, les séries, on en boufferait jusqu’à pas d’heure, rebondissant d’épisode en saison, accrochés par un récit, des personnages incroyables, une photo souvent bien faite, et un sous-titrage hasardeux. Parce qu’il faut le reconnaître, ces séries sont souvent anglosaxonnes, et sonnent mieux dans les angles. Bref. Mes deux dernières addictions furent Breaking bad (un prof de chimie, se découvrant un cancer inopérable, décide de synthétiser de la méthamphétamine pour laisser un pécule à sa famille… plongée dans le côté obscur de la vi(ll)e) et bien sûr Game of Thrones, le Trône de Fer, basée sur les romans de George R.R. Martin, et qui racontent dans un monde un poil mythologique, les luttes de pouvoir pour ledit trône, chacun s’en croyant l’héritier légitime. C’est rempli de coups bas, de trahisons, d’alliances, et de vilénies. Il y a du sang, du sexe, du pouvoir, de l’argent. Bref, de l’humainerie. Au début, on est un peu perdu dans la foule des protagonistes bien campés, puis on s’y retrouve, puis l’histoire se complexifie. Personne n’y est vraiment bon, ni totalement mauvais, et Tyron, qui est nain, n’y est pas confiné dans le rôle de passe-partout.

L’histoire est vraiment bien construite, et je pense que la série ne démérite pas. Et on comprend que la littérature ado fasse flores autour de ces récits d’heroic Fantasy. J’étais encore tout intrigué par l’imagination féconde de l’auteur quand, lundi soir, à la messe, j’ai écouté la première lecture du livre des rois. C’était encore un de ces découpages de la liturgie qui me laissent sans voix. On coupe le récit avant le dénouement, et on se retrouve avec un récit amoral à souhait pour l’homélie… “la suite demain, n’oubliez pas de revenir”. Comme le premier protagoniste était Naboth, le parallèle avec Tyrion fut immédiat… et le récit ne déméritait pas.

Prenez donc 1R21. puis utilisez la fonction Ctrl H de Word…
Remplacez Naboth par (logiquement) Tyrion, Jézabel par Cersei (qui prend alors un statut de mère), Acab par Joffrey, Elie par Robb Stark, Les israëlites par la Night’s watch, Samarie par Kings Landing et le trône de fer,  Les ennemis par les sauvageons, Dieu par les Sept  et …

Vous avez le script de la saison 3 de Game of Thrones en avant première. En mieux même !

01 Tyrion, de la famille Lannister, possédait une vigne à côté du palais de Joffrey, roi de Kings landing. 02 Joffrey dit un jour à Tyrion : « Cède-moi ta vigne ; elle me servira de jardin potager, car elle est juste à côté de ma maison ; je te donnerai en échange une vigne meilleure, ou, si tu préfères, je te donnerai l’argent qu’elle vaut. »03 Tyrion répondit à Joffrey : « Que les Sept me préservent de te céder l’héritage de mes pères ! »

04 Joffrey retourna chez lui sombre et irrité, parce que Tyrion lui avait dit : « Je ne te cèderai pas l’héritage de mes pères. » Il se coucha sur son lit, tourna son visage vers le mur, et refusa de manger. 05 Sa mère Cersei vint lui dire : « Pourquoi es-tu de mauvaise humeur ? Pourquoi ne veux-tu pas manger ? » 06 Il répondit : « J’ai parlé à Tyrion Lannister. Je lui ai dit : ‘Cède-moi ta vigne pour de l’argent, ou, si tu préfères, pour une autre vigne en échange.’ Mais il a répondu : ‘Je ne te cèderai pas ma vigne !’ » 07 Alors sa mère Cersei lui dit : « Est-ce que tu es le roi du trône de fer, oui ou non ? Lève-toi, mange, et retrouve ta bonne humeur : moi, je vais te donner la vigne de Tyrion. »

08 Elle écrivit des lettres au nom de Joffrey, elle les scella du sceau royal, et elle les adressa aux anciens et aux notables de la ville où habitait Tyrion. 09 Elle avait écrit dans ces lettres : « Proclamez un jeûne, faites comparaître Tyrion devant le peuple. 10 Placez en face de lui deux individus sans scrupules, qui témoigneront contre lui : ‘Tu as maudit Les Sept et le roi !’ Ensuite, faites-le sortir de la ville, lapidez-le, et qu’il meure ! »

11 Les anciens et les notables qui habitaient la ville de Tyrion firent ce que Cersei avait ordonné dans ses lettres. 12 Ils proclamèrent un jeûne et firent comparaître Tyrion devant le peuple. 13 Alors arrivèrent les deux individus qui se placèrent en face de lui et portèrent contre lui ce témoignage : « Tyrion a maudit Les Sept et le roi. » On fit sortir Tyrion de la ville, on le lapida, et il mourut. 14 Puis on envoya dire à Cersei : « Tyrion a été lapidé et il est mort. »

15 Lorsque Cersei en fut informée, elle dit à Joffrey : « Va, prends possession de la vigne de ce Tyrion qui a refusé de la céder pour de l’argent, car il n’y a plus de Tyrion : il est mort. » 16 Quand Joffrey apprit que Tyrion était mort, il se rendit à la vigne de Tyrion et en prit possession.

17 La parole des Sept fut adressée au roi du Nord Robb Stark : 18 « Lève-toi, va trouver Joffrey, qui règne sur le trône de fer à Kings landing. Il est en ce moment dans la vigne de Tyrion, où il s’est rendu pour en prendre possession. 19 Tu lui diras : ‘Ainsi parlent les Sept : Tu as commis un meurtre, et maintenant tu prends possession. C’est pourquoi, ainsi parlent les Sept : A l’endroit même où les chiens ont lapé le sang de Tyrion, les chiens laperont ton sang à toi aussi.’ »

20 Joffrey dit à Robb Stark : « Tu m’as donc retrouvé, toi, mon ennemi ! » Robb Stark répondit : « Oui, je t’ai retrouvé. Puisque tu t’es déshonoré en faisant ce qui est mal aux yeux des Sept, 21 je vais faire venir sur toi le malheur : je supprimerai ta descendance, j’exterminerai tous les mâles de ta maison, esclaves ou hommes libres. 22 Je ferai à ta maison ce que j’ai fait à celle du Nord, et à celle du Mur, tes prédécesseurs, car tu as provoqué ma colère et fait pécher Le trône de fer. 23 Et les Sept ont encore cette parole contre Cersei : ‘Les chiens dévoreront Cersei sous les murs de la famille Lannister !’ 24 Celui de la maison de Joffrey qui mourra dans la ville sera dévoré par les chiens ; celui qui mourra dans la campagne sera dévoré par les oiseaux du ciel. »25 On n’a jamais vu personne se déshonorer comme Joffrey en faisant comme lui ce qui est mal aux yeux des Sept, sous l’influence de sa mère Cersei. 26 Il s’est conduit d’une manière abominable en s’attachant aux idoles, comme faisaient les sauvageons que les Sept avait chassés devant les Night’s watch.

27 Quand Joffrey entendit les paroles prononcées par Robb Stark, il déchira ses habits, se couvrit le corps d’un vêtement de pénitence ; et il jeûnait, il gardait le vêtement de pénitence pour dormir, et il marchait lentement.

28 Alors la parole des Sept fut adressée à Robb Stark : 29 « Tu vois comment Joffrey s’est humilié devant moi ! Puisqu’il s’est humilié devant moi, je ne ferai pas venir le malheur de son vivant ; c’est sous le règne de son fils que je ferai venir le malheur sur sa maison. »

Et dire qu’on fait lire aux jeunes de l’héroic fantasy, donnez leur une Bible, et montrez leur les récits qui les feront vibrer (ou pas)
(si vous voulez retrouver le récit initial, ouvrez votre Bible )

demain, on vérifiera comment Desperate housewifes a tout piqué à Sara et Agar, et les romances acnéiques au cantique des cantiques.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :