la conversation du vent

il faudra vous armer
de patience   d’un coupe papier
le livre blanc
ni typo ni branché
n’est même pas découpé

il faudra vous armer
de patience     de temps
l’emporter avec vous partout
pour l’ouvrir à l’instant idoine
où la seconde se dérobe
dans un désir de lire
une page  une seule   à la fois
dans un lieu assoupli

il ne rentre pas dans la poche
il n’est pas même épais
86 pages de marges    de neige
et quelques mots qu’il faut susurrer
pour qu’ils se dévoilent

pas une virgule ou un point
pas un mot pour un autre
pas un mot pour lui-même
des éclats arrachés au silence
étoiles en plein jour

un précis d’intériorité

Riches de ce qui nous manque
la grâce enfin serait
d’être touchés
à l’invisible de ce que nous sommes

Gilles Baudry, le bruissement des arbres dans les pages, ed rougerie, 13 euros, pas de code barre.
On aura la décence de le commander à un vrai libraire.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :